Challenge : une semaine sans alcool

03/09/2021

Solutions pour réduire sa consommation d'alcool

Vous connaissez peut-être le « dry january » ou « défi de janvier », lancé pour la première fois en 2013 par l’association britannique Alcoholchange qui vise à prévenir contre les méfaits de l’alcool. Le défi consiste à passer tout un mois (celui de janvier, comme son nom l’indique) sans boire une goutte d’alcool. Avant de vous lancer pour tout un mois, pourquoi ne pas commencer par une petite semaine ?

Boire de l’alcool est largement accepté dans notre société. Dans certaines (nombreuses) situations, il est même de bon ton de le faire (apéro en terrasse, verre de vin au restaurant, barbecue entre amis…). Les occasions ne manquent pas, et dans certains cas, ce sont même ceux qui ne boivent pas qui ont tendance à se faire remarquer. 

COMMENT ÉVALUER MA CONSOMMATION ? 

Pourtant, s’essayer à une semaine sans alcool peut avoir de nombreuses vertus
Déjà, si vous êtes conscient d’avoir un problème avec l’alcool, cela vous permet de vous lancer un premier défi, bien plus accessible que le dry january, qui vous donnera sans doute le courage de continuer dans votre démarche. 

En cas de doute, vous pouvez jeter un œil à l’outil mis en place par Santé Public France pour faire le point sur votre consommation. 

 
Ensuite, et surtout, si vous n’avez pas (ou ne pensez pas avoir) de problème avec l’alcool. Dans ce cas, le défi devrait être facile. Ne pas boire pendant une semaine, mais ne pas vivre en ermite pour autant, vous permettra de vous poser les bonnes questions : 

  • Suis-je capable de passer une soirée entre amis sans boire (et de m’amuser !) ? La réponse n’a pas toujours à être obligatoirement positive. Remarquer que l’on s’ennuie dans certains cadres peut être intéressant. 

  • Mes amis sont-ils toujours aussi funs quand je n’ai rien bu ? Si la réponse est toujours non, il est peut-être temps de changer d’amis… 

  • Suis-je toujours aussi à l’aise ? En effet, si l’alcool est un désinhibiteur connu. Il est aussi, sur le long terme, plutôt une source de stress, de saute d’humeurs et d’anxiété. Connaître sa valeur, savoir profiter du moment sans être ivre est important. 

 

Pour prévenir les risques d’addiction, notamment sur le lieu de travail, la tournée À vous la santé vient également à la rencontre des intérimaires

 

 

L’été ne manque pas d’alternatives fraîcheurs à l’alcool (jus de fruits en tout genre), à consommer avec modération bien entendu (il ne faudrait pas remplacer tout l’alcool par du sucre). 

Il se pourrait bien que vous appréciez cette petite semaine sans alcool. Cela pourrait vous donner envie de prolonger un peu l’expérience (car pour être honnête pour constater de réels changements sur l’organisme, il faut se lancer pour un mois). 

 

RÉDUIRE SA CONSOMMATION PERMET DES BÉNÉFICES RÉELS SUR SA SANTÉ 

Après un mois, vous pourriez constater : 

  • Une perte de poids. N’attendez pas non plus un régime miracle, mais l’alcool étant assez calorique, l’écarter de votre alimentation devrait à minima vous aider à garder la ligne. 

  • Une meilleure forme. Moins de fatigue. Vous l’avez peut-être constaté, quand on se couche éméché, on a l’impression de dormir comme une souche, et pourtant on se réveille quand même fatigué (voir avec la “gueule de bois”). C’est parce que l’alcool perturbe le cycle du sommeil.  

  • Un estomac qui ronronne. Moins de ballonnements. Cela dépend de chacun bien entendu, cela dépend aussi de ce que vous buviez, mais de manière générale l’alcool a tendance à provoquer des brûlures d’estomac. 

  • Une belle peau ! Vous avez des rougeurs ? De l’eczéma ? L’alcool peut être une des causes. À cause de son effet diurétique important, il a tendance à déshydrater. La peau s’en trouve alors asséchée et peut développer des troubles. Pour une belle peau, rien de mieux qu’un bon verre d’eau. 

  • Des séances de sports plus efficaces et moins douloureuses ! Là encore à cause de son effet diurétique, l’alcool a tendance à provoquer des courbatures à l’effort. De plus, en agissant sur les niveaux de myostatine, l’alcool réduit la prise de muscle. 

  • Une capacité d’attention et de motivation décuplée. Être sobre facilite l’habilité à rester concentré longtemps. 

  • Moins de chances de développer une maladie cardio-vasculaire, de la tension artérielle, du diabète… mais aussi un simple rhume grâce à une immunité renforcée. 

 

Après ce mois, vous aurez peut-être envie de reprendre un petit verre, mais en pleine connaissance de cause, en sachant que vous et vos amis êtes intéressants même sans boire (ce qui est toujours sympa à savoir et bon pour l’égo). 

Mais peut-être que cela vous donnera envie de prolonger l’expérience ! Sachez qu’on ne constate d’effets sur le foie qu’après trois mois d’abstinence.  

Dans ce cas, surtout, assumer votre choix. Il existe plein de bonnes raisons (santé, envie…) de ne pas boire d’alcool. Ne vous sentez d’ailleurs pas obligé de vous justifier auprès des curieux qui vous demanderont pourquoi. Clairement, si vous décidez de vous y tenir, faites-le à 100%. Cela sera d’ailleurs plus pratique pour rentrer en voiture après une soirée ! Et pour vos amis qui décideraient de prendre un verre avant de prendre la route, n’oubliez pas que des éthylotests sont maintenant en vente un peu partout. 

En tout cas, que vous décidiez d’arrêter de boire pour toujours, pour trois mois ou pour un mois… Pourquoi ne pas essayer juste pour une petite semaine ?  

A lire aussi

Conseils pour réduire les risques d'addictions au travail

Actualités

21/07/2021

Tout le monde connaît l’adage : « Boire ou conduire, il faut choisir ! » et bien...
Conseils pour mieux dormir

Actualités

04/08/2021

Non, la vie n’appartient pas (forcément) à ceux qui se lèvent tôt, elle appartient...